Gaspillez-vous votre argent en consommant des produits biologiques ?

Laurent portrait

Bonjour,

Je m’appelle Laurent Poex. Cela fait maintenant plus de 10 ans que je suis un spécialiste de l’alimentation biologique et un conseiller en compléments alimentaires reconnu :

  • J’ai ouvert en 2007 un grand magasin Bio à ma propre enseigne
  • J’ai négocié les achats de plus de 8000 produits
  • J’ai rencontré plus de 500 fabricants
  • J’ai conseillé plus de 1000 clients en 5 ans

Puis  en 2013, Je décide de fonder ma propre marque de thés premium biologiques. Je passe donc de l’autre côté du miroir en devenant à mon tour celui qui propose ses produits.

J’ai découvert que le marché de la distribution de produits biologiques prenait une tournure alarmante ! Pourquoi ? Je vous révèle ce que j’ai découvert lors de mes rendez-vous !

8h du matin, en piste pour contacter les acheteurs par téléphone et prendre les rendez-vous de présentation. Pour tous ceux qui l’ont fait ou qui le font, c’est un passage obligatoire. Mon argumentaire est prêt, mon enthousiasme gonflé à bloc, prêt à proposer des produits formidables !

Bingo, l’intérêt pour les gammes biologiques dans la grande distribution et les enseignes spécialisées est fort, et j’obtiens donc logiquement des rendez-vous commerciaux. On me laisse présenter mes nouveaux thés (nouveautés !!) et comme un pro qui maîtrise parfaitement son produit, j’arrive à captiver l’attention des acheteurs et autres chefs de rayon. Mais, je vais butter sur un point essentiel : les marges !

En effet, les tarifs que je propose ne « correspondent » pas à la grille de rémunération prévue par le distributeur.  Alors que je souhaite répartir les marges équitablement entre tous les acteurs, du producteur-cueilleur en passant par le transformateur puis le distributeur, je comprends vite que pour coller au prix-cible, c’est à dire au prix auquel le consommateur est prêt à acheter le produit, le coût du petit producteur ne doit pas représenter plus de 3% des coûts ! Ceci afin de garantir des marges confortables pour le distributeur.

Je suis dans l’impasse. Je me rends vite compte que tous les intermédiaires réclament des marges, sans tenir compte de celui qui fait un travail harassant au début !

Une trop bonne qualité ! 

Puis vient la grande confession. Mon acheteur m’explique qu’il a le choix entre 2 produits : le mien qui est très qualitatif et un autre, très bas de gamme, mais qui lui rapporte plus ! Et il ne fait pas durer le suspense bien longtemps…il choisi l’autre, surtout « qu’il présente bien et qu’il a tous les logos ! » Et bien entendu, pour faire du volume, il faut s’assurer d’avoir de la matière première, et seule, celle de culture, peut garantir du rendement.

Que vaut le bio pas cher alors ?

Une récente enquête du magazine 60 millions de consommateurs (N°531 novembre 2017) a réservé quelques pages à un « essai » sur « Les thés les moins contaminés ». Je vous invite à lire mon analyse concernant ces résultats et je vous dévoile pourquoi vous buvez des boissons avec des pesticides dedans (et comment les éviter )

Après plus d’un an de négociation et de rencontre, je fais un constat : l’offre biologique présente dans la grande distribution n’est pas satisfaisante !

  • Des produits bio dont la sélection est basée sur les seuls bénéfices sans tenir compte de tous les acteurs
  • Des volumes incroyablement élevés qui nécessitent des modes de production incompatibles avec le respect de la terre
  • Une sélection qui néglige l’aspect qualitatif des produits.

Tous mauvais ?

Heureusement, non ! Pour les avoir distribuées, il existe heureusement de belles marques historiques de produits biologiques que vous pouvez retrouver dans les enseignes spécialisées. Issues du commerce équitable parfois ou de circuits courts, les produits qualitatifs restent cependant assez chers et pas toujours à la portée des néo-consommateurs bio. Le prix cumule souvent l’addition de toutes les marges des différents intervenants (producteur, enseigne, grossiste, distributeur).

Voilà, nous sommes un an plus tard, en 2014 et je n’aime pas ce que je viens de vivre ! Je suis dans une impasse avec mon thé bio premium, délicieux, mais qui ne trouve pas sa place sur les rayons parce que je refuse d’appauvrir les petites mains qui le fabriquent ! Et puis, je m’interroge aussi sur les déchets, le suremballage, les plastiques qui polluent notre planète. Bref, soit je laisse tomber, soit il faut tout changer !!

Heureusement, je fais une rencontre incroyable qui va tout changer. Cette rencontre va me permettre d’amorcer ma transition vers un mode de distribution inexistant à ce jour.

L’amérique Latine

J’ai eu l’opportunité de partir 15 jours en Amérique Latine en 2013 au grand salon international Expocomer en tant qu’invité pour parler du développement de l’agriculture biologique en Europe. C’est lors de ce salon que j’ai rencontré Pascal, un voyageur sans frontières, un poète ambassadeur de la vie sauvage, parti voilà plus de 40 ans de ses Alpes natales! Il a vécu des aventures absolument incroyables sur tous les continents ! Nous voilà en grande discussion, échanges, critiques, idées. Bref, un personnage comme je les aime : entier, franc, direct, et surtout un aventurier exceptionnel, connaisseur des grands espaces et de la nature.

Je quitte l’Amérique Latine déçu de ne pas pouvoir échanger avec Pascal. Mais, la vie s’arrange toujours pour que les choses se fassent…

Pascal lors d’un trek dans le Montana

Le retour

Septembre 2014, alors que je suis installé dans une routine assez tranquille, observateur de l’engouement croissant des consommateurs pour les produits biologiques, je reçois un appel téléphonique qui va modifier le cours de ma vie. Pascal est au bout du fil. Je suis enchanté qu’il ait repris contact avec moi. Nous discutons plusieurs heures. Je l’interroge sur la ferme biologique qu’il est en train de développer à Boquete, sur les flancs du Volcan Barù dans la magnifique réserve nationale du parc de La Amistad Verde. Parc naturel situé à cheval sur le Panama et le Costa Rica. Il me raconte son incroyable travail de la terre en biodynamie, en utilisant uniquement les ressources présentes. Il est entouré de ses enfants et de quelques amis qui réalisent une incroyable maison entièrement réalisée en bois, à la main et avec des méthodes ancestrales.

Les petits producteurs d’Amérique du Sud

Sur un marché à Quito

De mon côté, je lui explique l’engouement des produits biologiques, les ventes qui explosent dans la grande distribution. Les prix aussi et parfois, la baisse de qualité. L’émergence de la vente direct par les petits producteurs. Je lui explique aussi mes négociations difficiles avec les acheteurs et ma déception de ne pas pouvoir proposer mon thé directement aux consommateurs. Il rebondit aussitôt sur mes propos, me raconte que lors de ses voyages, il a rencontré des gens merveilleux, petit producteurs qui ne demandent qu’à pouvoir vivre de leur travail de la terre. Ces petits producteurs n’intéressent personne car leurs productions sont éloignées des grands axes routiers, ne sont pas assez conséquentes pour des achats volumineux, n’utilisent pas les variétés à haut rendement et surtout les acheteurs ne leur en proposent pas assez pour en vivre dignement !

 

Quelques semaines passent, et je reste bloqué sur ce que m’a raconté Pascal. Je sens que mon histoire et la sienne ont un point commun, une forme de synchronicité, deux vécus en parallèle qui se touchent , convergent dans une même direction. Une solution existe. Je rappelle Pascal, nous échangeons encore pendant plusieurs jours. Nous sommes animés par la même volonté de ne plus être spectateur ; témoins d’injustices et de rôles secondaires que l’on veut nous faire jouer. Nous sommes déterminé, motivé par un esprit…vert. Ça y est, nous voulons passer à l’action, ne pas rester là, les bras ballants à subir les choix des autres. Pascal propose de créer une company, naturellement, elle s’appellera Green Mind Company (L’esprit Vert)!

Sa mission :

  • Reconnecter le consommateur avec le producteur
  • Echanger en toute transparence
  • Proposer des produits authentiques

Que de ce rapprochement naisse de l’enthousiasme, de la vie, de l’amour. Un pacte amical, bienveillant, naïf, à l’écoute de la réalisation des intérêts des parties présentes. D’un côté, pouvoir enfin vivre de son travail de petit producteur, de l’autre côté, avoir enfin confiance dans l’alimentation que l’on mange. Nous pouvons acheter tous les produits qui ne peuvent pas pousser en métropole, le thé, le café, le cacao, des baies, des fruits secs, etc.

Vous faites parti de l’aventure

Green Mind Company n’est pas une marque. Ce n’est pas un label non plus. C’est une communauté naissante d’hommes et de femmes qui agissent au lieu de subir. Qui partagent leur envie de simplicité, d’authenticité. Qui font une place à la nature en respectant ses cycles, sa respiration, son énergie. Green Mind Company s’offre à eux comme un outil, un réseau qui n’emprunte pas les routes déjà tracées, une absence de compétition. C’est une poésie qui s’écrit petit à petit par vos choix, par vos actes, par la bienveillance reconnue à tous.

Un nouveau départ !

Vos premiers pas…

Pour la première fois sans doute dans l’histoire du commerce en ligne, vous allez pouvoir :

  • décider des produits qui seront présentés sur le site !
  • Proposer ceux que vous aimeriez trouver
  • faire avancer l’aventure

Il n’y a pas d’intermédiaires à convaincre, pas d’arrangements compliqués, pas de compromis à prendre en compte. Vous informez la communauté des produits que vous aimeriez bien retrouver dans la réserve, et les acheteurs de la communauté trouvent le producteur-partenaire qui convient.

Pour débuter, la réserve s’équipe de thés, avec une présentation ici. Il faut bien commencer par quelque chose, et c’est le thé puisque nous avons déjà sélectionné quelques très beau produits. Bien sûr, je vous invite à l’acheter et le tester. C’est pour nous tous un encouragement et une première reconnaissance que ce projet vous intéresse.

Mais nous voulons aussi que vous partagiez au maximum cette information, à toutes les personnes qui seront enchanté de participer à cette nouvelle distribution.

Nous mettons aussi à la disposition un annuaire des producteurs locaux (en cours de réalisation) pour tous les produits qui poussent à côté de chez vous. Green Mind Company soutien l’agriculture biologique de proximité et les courts circuits.

Agissez, commentez, partagez la révolution! 

Qui va oser ? Qui va apporter sa pierre à l’édifice ? Qui veut vraiment changer ?

J’attends votre soutien, vos propositions, vos idées.

Je réponds à toutes vos questions avec plaisir !

Laisser un commentaire